Princes et princesses - Maggy Stafford
Maggy Stafford

Depuis toute petite, j'aime écrire. J'ai un journal intime qui m'accompagne depuis plus de 10 ans maintenant. Mon besoin de communiquer ne cessant de grandir, j'ai voulu le transporter ici. J'ai tellement de choses à dire, il y a tellement de choses qui me passionnent, qui m'inspirent que je souhaite les partager avec vous. L'idée de vous savoir là, à me suivre, à lire mes aventures, mes critiques, mes idées fera en sorte que je souhaiterai partager de plus en plus avec vous tous. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j'en aurai à vous écrire.

Princes et princesses

Princes et princesses - Maggy Stafford

Dernièrement, je lisais un article intéressant sur les actuelles princesses d’Europe. La plupart d'entre elles, sont d’anciennes roturières qui ont travaillé parfois, soit à la télévision, ou encore, étaient étudiantes, mannequins, journalistes ou bien actrices. Je pense à des profils très différents comme la princesse Charlène de Monaco, ancienne sportive, elle était nageuse professionnelle. Il y a aussi la princesse Mary de Danemark, qui en fait, est australienne, et a dû apprendre le Danois. Il y a bien sûr, Clotilde Coureau, princesse de Venise, ancienne actrice qui joue encore dans quelques petits films. Son mari, le Prince Emmanuel de Savoie fait d’ailleurs beaucoup de shows de téléréalité, c’est dire que leur famille est assez « ouverte ». D’autres aussi font preuve d’une réelle originalité, comme la princesse Charlotte Casiraghi (fille de la princesse Caroline de Hanovre, elle-même sœur du prince Albert de Monaco) qui s'occupe entre les compétitions d'équitation, et tout un tas de mondanités. Charlotte est née princesse, c'est la différence avec les autres ; il n'empêche que si elle n'a jamais vraiment travaillé, elle côtoie des personnes d'un autre monde que le sien. Ainsi, elle a eu un enfant avec le comédien et comique Gad Elmaleh, français d’origine maghrébine. On n’aurait jamais pu imaginer une chose pareille, il y a seulement un demi-siècle. Bien entendu, il n’y a aucun mal à cela, et on ne peut que se réjouir de cette ouverture d'esprit au monde, car cela montre une capacité à s'adapter, et à comprendre le monde dans lequel on vit. Les principautés rejoignent les sociétés qu’elles gouvernent, ou en tout cas, dont elles ont en partie la responsabilité. Évidemment, les choses se font plutôt dans le sens féminin, car la plupart du temps, ce sont les futures princesses qui ont été d’anciennes roturières. On imagine mal un futur prince venant du peuple. Et pourtant, c'est ce qui s'est passé en Suède, puisque la future reine Victoria a réussi à imposer son choix d'épouser un futur prince consort qui n'occupait pas un emploi comme médecin, avocat, juge, ce qui aurait été assez noble, mais qui était un entraîneur dans une salle sportive. Il est vrai qu'il était propriétaire de son gymnase, mais quand même, quel grand écart par rapport à ses parents et ses ancêtres. Est-ce qu’elle l’aurait épousé s’il avait travaillé dans la fabrication présentoir ? Et que dire du Prince Harry d’Angleterre. Épousera sa magnifique nouvelle fiancée, Meghan Markle, une grande actrice américaine ? Nul ne le sait, mais en tout cas, les royautés évoluent grandement !