Faite pour vous servir - Maggy Stafford
Maggy Stafford

Depuis toute petite, j'aime écrire. J'ai un journal intime qui m'accompagne depuis plus de 10 ans maintenant. Mon besoin de communiquer ne cessant de grandir, j'ai voulu le transporter ici. J'ai tellement de choses à dire, il y a tellement de choses qui me passionnent, qui m'inspirent que je souhaite les partager avec vous. L'idée de vous savoir là, à me suivre, à lire mes aventures, mes critiques, mes idées fera en sorte que je souhaiterai partager de plus en plus avec vous tous. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j'en aurai à vous écrire.

Faite pour vous servir

Faite pour vous servir - Maggy Stafford

Je vais vous raconter mon rêve le plus secret. Contrairement à toutes les jeunes filles qui voudraient être avocate, dentiste ou encore spécialiste en medecine esthetique, moi mon rêve est d'être une dame de compagnie. Non, non, ce n'est pas une blague, il s'agit réellement de mon rêve d'enfance. Depuis toute petite et la lecture de contes de fées et autres histoires de château, gentilshommes et nobles dames, je rêve de pouvoir y prendre part tout en restant dans les coulisses, tout voir, mais rester en retrait. Cette passion m'a poussé dès mon plus jeune âge à collectionner toute la littérature romanesque et médiévale possible, au plus grand désespoir de mes parents et surtout de ma mère qui me répétait sans cesse : « Dis-moi, pourquoi ne rêves-tu pas d'être une princesse comme toutes les autres petites filles de ton âge ? Ce n'est pas un rêve que d'être une dame de compagnie ! ». Mais pour moi si, ça l'était.

C'était comme être au cœur de l'action tout en étant protégée du danger. En grandissant, et en lisant plus d'ouvrage, notamment du XVIIIème ou XIXème siècle, mon rêve s'est transformé, et je m'imaginais bien dans les coulisses des salons de la bourgeoisie parisienne, comme confidente d'une épouse d'un riche industriel, participant aux réunions hebdomadaires du gratin de la capitale et écoutant les conversation savantes des artistes et philosophes de l'époque qui parlaient à ces riches dames sans que celles-ci ne comprennent un seul mot de leur discours ou de leurs divagations. J'étais au cœur du pouvoir, je savais tout, j'apprenais tout mais je restais dans l'ombre, c'était magique. Après mon bac littéraire, je me suis lancé dans des études de lettres, poursuivant ainsi ma passion à travers l'étude de la littérature romantique riche en aventures bourgeoises et manigances politiciennes où les dames de confiance avaient toujours un rôle important à jouer. Mais l'étude de ces textes de ne me permettait pas d'atteindre mon rêve. J'étais persuadée que, même si cette fonction sociale était disparue de notre société, il devait bien exister des métiers qui y ressemblent ou tout du moins s'en rapproche.

C'est à ce moment-là, un doctorat en lettres classiques en poche tout de même, que je fais la connaissance par une amie de ma mère, d'une femme chef d'entreprise de l'une des plus importantes compagnies. Cette femme, puissante, mais si humble, s'intéressa grandement à mon parcours, et moi au siens. Dès le lendemain, je savais ce que je devais faire, je pris contact avec elle pour lui demander de la rencontrer. Le jour suivant, je me présente dans son bureau et lui explique mon projet : devenir son assistante personnelle. Aujourd'hui, je suis depuis la confidente de l'une des femmes les plus importantes du pays.