Dans le bus ! - Maggy Stafford
Maggy Stafford

Depuis toute petite, j'aime écrire. J'ai un journal intime qui m'accompagne depuis plus de 10 ans maintenant. Mon besoin de communiquer ne cessant de grandir, j'ai voulu le transporter ici. J'ai tellement de choses à dire, il y a tellement de choses qui me passionnent, qui m'inspirent que je souhaite les partager avec vous. L'idée de vous savoir là, à me suivre, à lire mes aventures, mes critiques, mes idées fera en sorte que je souhaiterai partager de plus en plus avec vous tous. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j'en aurai à vous écrire.

Dans le bus !

Dans le bus ! - Maggy Stafford

Il est drôle parfois de miser le destin de sa journée sur le hasard, c'est un peu fou, un peu ridicule, mais riche en expérience. Prendre l'autobus est une chose normale pour aller d'un point à l'autre, d'un bout à l'autre de la ville, mais s'il s'agit de passer sa journée à prendre un bus pour juste le plaisir de flâner entre deux villes alors là ça devient étrange.

Pourtant je le fis une fois, je l'avais tout de même bien préparé deux jours à l'avance. Je consultais les tarifs en ligne d'une agence de transport, les conditions du trajet et je m'octroyais enfin un billet qu'on me livrerait. La distance entre Montréal et le Québec faisait deux cent soixante-quinze kilomètres pour un trajet de deux à trois heures de route. La veille du premier jour, je recevais mon billet de la part d'un facteur, je fus surpris de voir écrit sur son sac de livraison de courrier, et non celui de l'agence à laquelle j'ai commandé mon billet aller-retour.  J'y prêtais pas trop attention, l'essentiel était que j'avais enfin reçu mon billet, et que j'étais fin prête pour ce grand voyage. J'avoue que je me demandais toujours comment cette idée folle de prendre ce bus juste par plaisir m'a prise.

Je prenais le départ à 11h, normal, car je programmais de rentrer à la maison le même jour. Le soleil était un peu sorti de sa cachette, je regardais vers la fenêtre, mais c'était un peu ennuyeux, car il y avait que des arbres sur le long du chemin. Je décidais donc de me mêler un peu à l'atmosphère du bus, aux discussions par-ci, par-là. Je m'étais déplacée pour aller m’assoir avec une dame âgée, de l'âge de ma grand-mère, ou même plus. Je la saluais respectueusement et l'appelais mademoiselle, pour briser la glace. Elle ria, d'un coup me prit la main et me dit oui! Qu’elle était toujours une jeune fille, ce qui nous fit rire toutes les deux. Elle me parlait son enfance, son adolescence ses aventures et on riait aux éclats devant les autres passagers.

Ceux-ci, peut-être se sentant ennuyés, nous regardèrent avec un sourire et plus tard nous rejoignirent à l'arrière. On se faisait un tour de table ou plutôt un tour de siège où chacun disait ce qu'il voulait de sa vie ou de sa ville. C'était vraiment beau à voir, cette belle entente avait comme par magie réduit la distance et on n’entendit même pas quand le chauffeur annonça notre arrivée.

Je partais avec la grand-mère qui visiblement était seule et j'errais avec elle dans les rues du Québec. Je découvrais ainsi les rues Laurier et Grande Allée avec ma nouvelle copine, on prit aussi le bateau pour une vue magnifique vers Lévis.

Je rentrais le soir, toute fatiguée, mais avec une envie folle de sauter dans un autre autobus, et de vivre une autre expérience. Qu'attendez-vous aussi, allez-y dans le bus! Osez la folie, vous ne le regretterez pas le moins du monde.