Avoir carte blanche - Maggy Stafford
Maggy Stafford

Depuis toute petite, j'aime écrire. J'ai un journal intime qui m'accompagne depuis plus de 10 ans maintenant. Mon besoin de communiquer ne cessant de grandir, j'ai voulu le transporter ici. J'ai tellement de choses à dire, il y a tellement de choses qui me passionnent, qui m'inspirent que je souhaite les partager avec vous. L'idée de vous savoir là, à me suivre, à lire mes aventures, mes critiques, mes idées fera en sorte que je souhaiterai partager de plus en plus avec vous tous. J'espère que vous aurez autant de plaisir à me lire que j'en aurai à vous écrire.

Avoir carte blanche

Avoir carte blanche - Maggy Stafford

Avec Carl et Justine, j’ai habité pendant deux ans en colocation. J’ai rencontré Arnaud en juin, il y a une année entière, maintenant, et nous avons pris un logement ensemble depuis deux mois. Comme je n‘avais jamais eu à concevoir une décoration intérieure, je me suis laissé guider par les articles de magazines en ligne. Comme mon conjoint travaillait beaucoup, au moment de notre installation, j’ai été obligée de tout organiser seule, les trois-quarts du temps ; cela ne me déplut pas, en fin de compte. J’ai tout de suite été enivrée par la carte blanche qu’il m’offrait pour meubler notre logement dans le style que je souhaitais adopter. Je pouvais tout acheter, vraiment tout ce que je voulais. Un peu de timidité, au début, me retenait puis j’ai pris plus de confiance en moi ; au bout de deux semaines, j’ai acquis tout ce qui manquait chez nous.

Un grand canapé d’angle, convertible en lit à deux places, fut le premier achat d’importance que je fis. Gris chiné, recouvert de coton d’une belle qualité et facile d’entretien, je l’ai agrémenté avec des coussins rose pâle et vert menthe. Ces tons pastel sont repris sur la table du salon, dont les pieds, télescopiques, peuvent être allongés. Tour à tour table basse ou de salle à dîner, elle est montée sur des roulettes qui se rétractent. Ses pieds en orme sont bien travaillés, en spirales, comme des cornes de licorne. Je l’ai eue pour un prix très bas, et ce fut une chance, car je l’adore carrément, et maintenant que je m’en sers quotidiennement, je ne peux plus m’en séparer. Des fauteuils profonds ont été ajoutés autour de la cheminée du salon. J’en possédais déjà deux, mais la pièce était assez grande, et j’en voulais trois de plus.

Je les ai eus chez un antiquaire spécialiste des années mille neuf cent soixante-dix. C’était amusant, ce jour particulier, quand j’ai trouvé ce meuble, car j’ai rencontré Lisa dans la boutique. Elle m’a remercié de lui avoir fourni les coordonnées d'une bonne entreprise pour une soumission toiture joliette. Elle a approuvé mon choix, quand je lui ai demandé son avis sur les fauteuils. Dessinés par un designer français, leur ligne sobre et moderne m’a conquise. De plus, le confort que l’on ressent quand on est dedans est incomparable. Je suis sûre que c’est aussi un excellent investissement, car ce sont des pièces assez rares.